Textes et Documents d’Histoire

 

Bienvenu sur le site de Mme Lias

Lycée Harireche Mohamed-Souk Ahras

ثانوية حريرش محمد سوق اهراس

imageproxycas7esb1.jpg

 

 

       

Niveau: 3ème A.S                   Lycée  Harrireche Med           Mme. LIAS

 

 

Projet I: Réaliser une recherche documentaire puis faire la synthèse de l’information

Intention communicative : Exposer des faits et manifester son esprit critique

 Objet d’étude : Textes et Documents d’Histoire

 

Activité : Lancement du projet

 

 

Objectifs :

- Analyser le contenu du projet afin de préciser la tâche demandée.

-  Anticiper  sur  le  contenu  et  la  forme  du  support  à  produire  afin  d’émerger  les

présentations mentale et déterminer les acquis et les difficultés des élèves

- S’exprimer librement sur le contenu du projet.

- Se socialiser avec le projet.

 

 

I- Lancement et préparation du projet : (Mise en Place du Projet) :

 

Présenter en classe l’intitulé du Projet sous forme de Situation-Problème :

Dans  le  cadre  de  la  commémoration de  la  journée du  1er   Novembre (date  anniversaire du

Déclenchement de  la  guerre  de  libération  nationale) votre  groupe  doit  réaliser  une  recherche documentaire sur un événement qui a marqué l’histoire de toute l’Algérie (ou celle de votre Région

en particulier), pendant la Guerre, de 1954 à 1962. Vous devez raconter l’événement ou présenter le

portrait d’un Chahid ou alors recueillir des témoignages d’une personne qui a vécu la guerre. Vous présenterez  votre  travail  sous  forme  d’affichage  mural  qui  sera  présenté  à  la  bibliothèque  à l’intention de vos camarades.

Vous pouvez consulter les sites Internet, les différents documents écrits ou sonores existants, comme vous pouvez vous faire aider par vos parents ou par une personne qui a participé activement à la guerre de libération.

 

 

 

La problématique :

Anticiper sur le contenu et la forme du Document à produire :

-  Qu’est- ce qu’un dossier documentaire ?

-  Textes, photos, cartes géographiques, témoignage audiovisuel etc.

-  Qu’est-ce qu’une synthèse ?

-  Garder l’essentiel de l’information recueillie (être succinct)

-  Que rechercher ? Dans quelle intention ?

-  Déterminer le contexte de communication.

-  Qu’est-ce qu’une recherche documentaire.

-  Qu’est-ce qu’on commémore généralement ?

-  Des événements qui ont marqué une nation, un pays, une communauté, un groupe ethnique.

-  Quelles sont les situations dans lesquelles on est amené à concevoir et à réaliser une recherche documentaire.

-  Comment concevoir une recherche documentaire ?

-  Faire des recherches, interroger des personnes qui ont participé à l’événement, consulter les livres d’histoire, demander à son professeur d’histoire.

-  Citez des journées historiques célèbres en relation avec notre histoire.

 

Négociation collective :

- Qui va élaborer le contenu ?

- Former des groupes d’élèves puis désigner un chef pour chaque groupe pour le représenter à

chaque mise au point.

- Echéance.

- A qui est destiné le dossier documentaire ?

- A quoi va-t-il servir ?

- Quelle forme lui donner ?

- Le produit à remettre : papier imprimé, manuscrit, CD, Flash disque, etc...

- Supports à exploiter. (exploitation du manuel scolaire)

 

 

 

 

 

 

II- Mise en projet :

a) Recherche idées et documents.

b) Mise en chantier.

 

Niveau: 3ème A.S                   Lycée  Harrireche Med           Mme. LIAS

 

 

Projet I: Réaliser une recherche documentaire puis faire la synthèse de l’information

Intention communicative : Exposer des faits et manifester son esprit critique

 Objet d’étude : Textes et Documents d’Histoire

 

Activité : Evaluation diagnostique

Objectif : - Tester et mobiliser les informations antérieures de l’apprenant.

 

 

Support : - « La conquête de l’Algérie » de Ch. Robert Ageron.

 

 

 

1- Relevez dans le même § un mot de sens contraire que insoumis

Insoumis ≠ soumis

 

 

2- Quand l’Algérie a-t-elle été conquise ?

L’Algérie était conquise après 1854 après le siège de Zaatcha (1848), de Laghouat (1852) et

de celui de Tougourt (1854).

 

 

3- « Du côté des Musulmans vaincus ». Le mot souligné veut dire :

qui ont gagné - qui ont perdu ? Relevez la bonne réponse.

Vaincus = ont perdu

 

 

4- Classez les expressions ci-dessous dans le tableau suivant :

Conséquences morales

Conséquences économiques

soldats démoralisés

société plus ignorante officiers marqués à jamais

pays ravagé

carence de l’intendance

razzias systématiques

 

5- Qui sont désignés par « nous » dans le dernier § ?

Nous = les Français ; les Européens ; les colons.

 

 

6- Complétez le passage suivant avec les mots et expressions proposés :

« La médiocrité du  service médical entraîna des  pertes en vies humaines  et des

épidémies qui fauchèrent les populations. Ces atrocités furent traumatisantes pour les soldats français dressés  pourtant à être insensibles»

 

La conquête de l’Algérie

 

 

Seuls restaient insoumis les massifs montagneux kabyles. Des expéditions menées sans plan d’ensemble, en Grande Kabylie puis dans la Kabylie des Babors (1851et 1853) aboutirent enfin, en 1857, à une campagne décisive menée sous les ordres du général Randon. Entre- temps, le sud-Oranais et le Constantinois, à nouveau révoltés, furent déclarés pacifiés après les sièges de Zaatcha (1848), Laghouat (1852) et Tougourt (1854). L’Algérie était désormais conquise sinon soumise.

La guerre avait été longue, souvent atroce, démoralisante pour les soldats et les officiers

dressés à l’insensibilité. Beaucoup en restèrent marqués leur vie entière. Du fait de la carence de l’intendance médicale, elle se révéla plus  coûteuse en  vies humaines  que toute autre

conquête coloniale. Du côté des Musulmans vaincus, le bilan était plus lourd encore. Leur

pays était ravagé, sa situation économique devint fort critique par suite de razzias à la fois systématiques,  improvisées  et  continuelles  (pillage  des  silos  de  grains,  enlèvement  des

troupeaux, abattage des arbres). Dés lors, les  épidémies  fauchèrent  les populations sous- alimentées.

Les destructions de la guerre furent aussi morales et les conséquences en furent plus durables. A. de Tocqueville les résumait ainsi dans un rapport célèbre (1847) : « Nous avons rendu la société musulmane beaucoup plus misérable, plus désordonnée, plus ignorante et plus barbare qu’elle n’était avant de nous connaître. »

Ch. Robert Ageron.

« Histoire de l’Algérie contemporaine »

 

 

1- Relevez dans le même § un mot de sens contraire que  insoumis

 

2- Quand l’Algérie a-t-elle été conquise ?

 

3- « Du côté des Musulmans  vaincus ». Le mot souligné veut dire :

qui ont gagné- qui ont perdu ? Relevez la bonne réponse.

 

4- Classez les expressions ci-dessous dans le tableau suivant :

pays ravagé - soldats démoralisés - carence de l’intendance –

société plus ignorante - razzias systématiques - officiers marqués à jamais.

 

Conséquences morales

Conséquences économiques

 

 

 

5- Qui sont désignés par « nous » dans le dernier § ?

 

6- Complétez le passage suivant avec les mots et expressions proposés :

insensibles- pourtant- et- service médical- épidémies- pertes.

« La médiocrité du .........entraîna des .............en vies humaines ……..des

……....qui fauchèrent les populations. Ces atrocités furent traumatisantes pour les

soldats français dressés ....à être ... »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séquence 01 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informer d’un fait d’Histoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mme. LIAS

 

 

Lycée Harrireche Med –Souk Ahras

 

Niveau: 3ème A.S                   Lycée  Harrireche Med           Mme. LIAS

 

 

Projet I: Réaliser une recherche documentaire puis faire la synthèse de l’information

Intention communicative : Exposer des faits et manifester son esprit critique

 Objet d’étude : Textes et Documents d’histoire

 

 

Séquence 01 : Informer d’un fait d’Histoire

 

 

 

 

Objectifs :

 

Activité :  Compréhension  de  l ’oral

 

- Développer l’écoute de l’apprenant.

- Corriger les erreurs phonétiques.

- Apprendre à sélectionner les informations essentielles.

 

 

 Déroule me nt de l’ activité  :

1.  Lecture du texte (1ère écoute)

2.  Lecture des questions

3.  Lecture du texte (2ème  écoute)

4.  Répondre aux questions / vérification des réponses

 

 

Support :

Ecouter la lecture du texte, ensuite répondre aux questions.

(Le texte ne doit pas être distribué, il doit être lu à haute voix).

 

 

La fin de la guerre d’Indochine et la décolonisation de l’empire français.

 

Ce conflit s’inscrit dans le cadre du processus de décolonisation qui se déroule après la fin de la Seconde Guerre Mondiale.  Pour la France, cela concerne entre autre l’Indochine, la Guinée, l’Algérie, Madagascar, le Maroc, la Tunisie, l’Afrique Equatoriale française et l’Afrique occidentale française. Le cas de l’Algérie se différencie des autres en ce sens qu’elle appartenait officiellement au territoire français, avec un million de citoyens (les « Pieds-noirs ») qui y vivaient, souvent  depuis  plusieurs  générations  et  près  de  neuf  millions  de  non  citoyens  appelés

« indigènes ». L’Algérie – sous administration française depuis 1830 – était considérée comme

faisant partie du territoire national. De 1954 à 1962, l’Algérie comptait : trois départements en

1954, quatre fin 1955, douze en juin 1956 et quinze départements à partir de 1958 (…).

Le drame de la guerre d’Algérie a été que l’Algérie fut une colonie de peuplement, en contraste aux  colonies  d’exploitation  d’Afrique  et  d’Indochine  dont  la  perte  entraînait  moins  de conséquences humaines.

Prémices de cette guerre, le massacre de Sétif, le 8 mai 1945 alors qu’en Europe on fête la victoire des alliés contre le nazisme, fait entre 10 000 et 20 000 morts selon les divers travaux historiques – les nationalistes algériens ayant parlé sur l’heure de 45 000 victimes, et les Etats-Unis eux-mêmes de 40 000 morts à la suite de manifestations. L’armée française qui a reçu l’ordre de rétablir l’ordre le fait sans ménagement pour la population civile. La marine et l’aviation sont ainsi engagées pour bombarder les populations civiles.

Dans son rapport, le général Duval, maître d’ouvre de la répression, se montra prophétique : « je vous  donne  la  paix  pour  dix  ans,  à  vous  de  vous  en  servir  pour  réconcilier  les  deux

communautés ». Et neuf ans plus tard, l’insurrection de la Toussaint 1954 marquera le début de la

guerre d’Algérie.

« Wikipédia.org »

 

Les Questions :

1- La Guerre d’Algérie s’inscrit dans le processus  :

de colonisation           de décolonisation.

 

2- La Guerre d’Algérie s’est déroulée :

Avant        pendant        après la Seconde Guerre Mondiale ?

 

3- Lesquels de ces pays n’ont pas été colonisés par la France :

la Guinée       la Chine      Madagascar      l’Inde         le Maroc         la Tunisie.

 

4- Les Pieds noirs étaient au nombre de :

1 million         2 millions        3 millions.

 

5- Les citoyens algériens appelés « indigènes » étaient au nombre :

8 millions        9 millions        10 millions.

 

6- L’Algérie comptait :

en 1954 :      02        03       04 départements en 1955 :      03        04       05 départements en 1956 :      10        11       12 départements en 1958 :      14        15        16 départements.

 

7- L’Algérie était une colonie :

d’Exploitation             de Peuplement.

 

 

 

Corrigé :

 

1- La Guerre d’Algérie s’inscrit dans le processus de décolonisation.

 

2- La Guerre d’Algérie s’est déroulée après la Seconde Guerre Mondiale.

 

3- Lesquels de ces pays n’ont pas été colonisés par la France : la Chine et l’Inde.

 

4- Les Pieds noirs étaient au nombre de : 1 millions.

 

 

5- Les citoyens algériens appelés « indigènes » étaient au nombre : 09 millions.

 

 

6-  L’Algérie  comptait :  en  1954 :  03  départements, en  1955 :  04    départements, en  1956 :  12 départements, en 1958 : 15 départements.

 

7- L’Algérie était une colonie de Peuplement.

 

Niveau: 3ème A.S                   Lycée  Harrireche Med           Mme. LIAS

 

 

Projet I: Réaliser une recherche documentaire puis faire la synthèse de l’information

Intention communicative : Exposer des faits et manifester son esprit critique

 Objet d’étude : Textes et Documents d’histoire

 

Séquence 01 : Informer d’un fait d’Histoire

 

Activité :  Compréhension  de l ’ écrit

Objectifs : L'apprenant saura que :

- Informer sur un fait d'Histoire signifie en quoi il     a consisté, quand il s'est déroulé et qui y a contribué.

- Le texte d'Histoire est à visée informative.

- Le scripteur est objectif, il s'efface au profit de l'évènement et des personnages.

Support : - La société européenne d'Algérie  (p 18) I- Observation :

Observez le titre et la source du texte : quel est le thème abordé ?

Titre : La société européenne d'Algérie

La source : La Conquête Coloniale et la Résistance, Algérie,

Le thème est la population européenne de l’Algérie

 

II- Analyse :

1- Quelle était la conséquence de la colonisation ?

L'intrusion d'un peuplement minoritaire à la mentalité de vainqueur.

 

2- Quelle était la qualité de population qui était venue en Algérie ?

Cette population était faites de : de petits propriétaires de Provence, des agriculteurs, des éleveurs de chèvres, des maçons et tâcherons.

 

3- Complétez le tableau suivant :

Fait historique

(En quoi il a consisté)

Date

(quand il s'est déroulé)

- Augmentation du nombre d’Européens  installés

principalement dans les grandes villes à 25000.

- L'arrivée de petits propriétaires de Provence du Nord -Est

- Installation de 15000 immigrants

Janvier 1840

 

De 1842 à 1846

1847

 

4- Quatre indications chiffrées sont données (en plus des dates) quelles sont-elles. Répondez en complétant le tableau ci-dessous :

Indications

Elles renvoient

25000

Le nombre des Européens installés principalement dans les grandes villes.

44%

Pourcentage des Européens Français

15000

Immigrants qui s'installent en Algérie

100000

Des hectares offerts par Paris aux habitants d'Alsace-Lorrain.

 

5- Relevez les marques de présence de l’auteur.

Aucune marque de présence de l’auteur.

 

6- De quel type de discours s'agit-il ?

Discours objectivé

 

7- Qu'est-ce que cela veut dire ?

L'auteur n'apparaît pas dans le texte. Il s'efface au profit de l’évènement.

 

8- Quel est le temps dominant ?

Passé simple (exprime des actions)

 

9- Dans quel ordre les évènements sont-ils présentés ?

Ordre chronologique croissant.

 

10- En rapportant ces évènements, à quoi s'intéresse l'auteur (l'historien) aussi ?

En rapportant les évènements, l'historien s'intéresse aussi aux situations sociales et économiques qu'ils provoquent.

 

11- Quelle est la visée communicative du texte ?

Le texte nous informe, nous renseigne sur la population européenne en Algérie vers les années

1840.

 

III- Synthèse :

Faites le résumé du texte.

La colonisation française de l’Algérie rend service à la population européenne car le nombre de cette population augmente depuis l’année 1840 à 1846. Le processus de la naturalisation renforce la minorité française qui devient supérieure par rapport aux indigènes.

 

 

A Retenir :

 

Un récit historique raconte un évènement historique important. L’évènement n’est pas inventé.

Dans un récit historique on ne raconte pas avec « je ». On utilise la troisième personne du singulier (il)

ou du pluriel (ils).

Dans la situation initiale, première partie du récit historique, on donne au lecteur des informations sur :

ü  Le moment (quand ?)

ü  Les lieux (où ?)

ü  Les principaux acteurs (qui ?)

ü  Les antécédents historiques

ü  La situation dans laquelle se trouvent les acteurs principaux. Dans le texte historique, on utilise des expressions :

a)  Pour présenter une période :

ü Au début du xvi siècle, ….

ü En 230 av. JC, …

ü Avant la venue de l’Islam, …

ü A l’époque des romains, …

b)  Pour désigner une date précise :

üLe 1er novembre 1954, …

üLe 5 juillet 1962, ….

c)  Pour se repérer dans la succession des évènements :

ü Le lendemain.

ü La veille.

ü L e jour précédent.

d)  Pour annoncer quelque chose d’inattendue.

ü Tout à coup, subitement, brusquement….

Pour le récit historique on utilise le présent historique ou le passé simple et l’imparfait.

 

La société européenne d’Algérie

 

 

La colonisation entraîna l’intrusion d’un peuplement européen minoritaire à la mentalité de vainqueur, privilégié par ses droits de citoyen et la supériorité de ses moyens économiques et techniques.

En janvier 1840, le nombre des Européens s’élevait à 25000, installés principalement dans les grandes villes, mais 44% seulement d’entre eux étaient français. Dans les préfectures de la métropole, on chercha par la publicité, à recruter des ouvriers spécialisés et des colons. De

1842  à  1846,  arrivèrent  de  petits  propriétaires  de  Provence  et  du  Nord-Est,  de  bons agriculteurs  espagnols, des  Maltais  éleveurs  de chèvres, des Italiens  maçons  et  sur- tout

tâcherons.   En 1847, 15000 immigrants s’installèrent. L’Algérie devint l’exutoire des populations pauvres du nord de la Méditerranée.[…]

Après la guerre franco-allemande de 1870, Paris offrit 100 000 hectares en Algérie aux

habitants d’Alsace-Lorraine. Parallèlement à cette immigration organisée, la colonisation libre se poursuivait. […]La naturalisation, accordée automatiquement aux fils d’étrangers, renforça la faible majorité française et cimenta un bloc qui se définit par la supériorité de la civilisation française sur la civilisation musulmane et l’infériorité des « indigènes » par rapport aux citoyens français.

 

 

 

 

Observation :

 

Mahfoud KADDACHE, La Conquête Coloniale et la Résistance, ALGERIE , Editions Nathan-Enal, 1988

 

Observez le titre et la source du texte : quel est le thème abordé ?

 

Analyse :

1- Quelle était la conséquence de la colonisation ?

2- Quelle était la qualité de population qui était venue en Algérie ?

3- Complétez le tableau suivant :

 

Fait historique

(En quoi il a consisté)

Date

(quand il s'est déroulé)

 

 

4- Quatre indications chiffrées sont données (en plus des dates) quelles sont-elles.

Répondez en complétant le tableau ci-dessous :

 

Indications

Elles renvoient

 

 

 

 

 

 

 

 

5- Relevez les marques de présence de l’auteur.

6- De quel type de discours s'agit-il ?

7- Qu'est-ce que cela veut dire ?

8- Quel est le temps dominant ?

9- Dans quel ordre les évènements sont-ils présentés ?

10- En rapportant ces évènements, à quoi s'intéresse l'auteur (l'historien) aussi ?

11- Quelle est la visée communicative du texte ?

 

III- Synthèse :

Faites le résumé du texte.

 

Niveau: 3ème A.S                   Lycée  Harrireche Med           Mme. LIAS

 

 

Projet I: Réaliser une recherche documentaire puis faire la synthèse de l’information

Intention communicative : Exposer des faits et manifester son esprit critique

 Objet d’étude : Textes et Documents d’histoire

 

 

Séquence 01 : Informer d’un fait d’Histoire

 

 

 

 

Objectifs :

 

Activité :  Compréhension  de l ’ écrit

 

- Identifier la notion d’objectivité.

- Identifier un document historique

- Repérer des informations concernant l’événement.

-  Déterminer  de la structuration du  texte et  son  organisation  logique,  chronologique, énumérative pour en déterminer la progression.

Support : texte de B. A. « El Watan », lundi 20 août 2007

I- Observation :

Les éléments périphériques du texte :

-    Texte sans titre.

-    Trois paragraphes : Présence de dates, Noms propres de personnages et de lieux

-    Source : El-Watan, du lundi 20 août 2007.

 

Consigne de lecture : Relever les noms de personnages puis les classer dans un tableau ; ceux

qui sont connus par l’apprenant et ceux qui ne le sont pas.

 

II- Analyse :

1- Qui a écrit ce texte et de quoi parle-t-il ?

Ce texte a été écrit par un journaliste (article de presse), il traite le sujet de la révolution algérienne (texte historique).

 

 

2- Raconte-t-il les faits au moment de la guerre ou alors avec tout le recul de l’écriture historique ?

Les événements évoqués dans ce texte sont relaté avec tout le recul historique (après plus de cinquante ans).

 

 

3- Quelle a été la réponse de l’armée coloniale face à l’engagement du peuple algérien ?

La réponse de l’armée, coloniale française était brutale, sans doute, héritage des anciens

généraux français qui voulaient étouffer toute révolution contre eux.

 

 

4- Que connaissez-vous au sujet des dates : 20 août 1955 et 20 août 1956 ?

20 août 1955 : Insurrections dans la zone 02 -Nord Constantinois-.

20 août 1956 : Congrès de la Soummam

 

 

5- Quelle est la valeur du présent de l’indicatif dans ce passage ?

« Les combattants de l’ALN ne sont pas en reste et répliquent par une rare audace qui accompagne

chacune de leurs opérations, au déluge de fer et de feu qui s’abat sur le pays »

(Le présent de historique / le présent de vérité générale / de l’habitude) ?

Présent historique: Il s'emploie pour rapporter des actions passées en les rendant plus vivantes, il donne une impression de direct. Ce présent        renvoie  à un  passé lointain, il sert à faire

imaginer plus vivement les faits au lecteur, à le placer imaginairement en témoin de l'action passée.

 

6- Qu’est-ce qui caractérise l’armée coloniale et l’ALN dans le passage qui suit :

« Fidèle à sa réputation de brutalité, l’armée française, au service du colonialisme, s’est engagée dans une répression héritée de Saint-Arnaud, Pélissier et autres Trézel. Les combattants de l’ALN ne sont pas en reste et répliquent par une rare audace qui accompagne chacune de leurs opérations, au déluge de fer et de feu qui s’abat sur le pays »

Audace / brutalité – répression – déluge de fer et de feu.

 

 

7- Faites correspondre dans un tableau de deux colonnes les noms des hommes cités dans le texte avec les régions et les responsabilités qui leur ont été désignées.

Noms

Responsabilités désignées

Mostefa Ben Boulaïd

Responsable de la zone 01 (Massif des Aurès-Nememchas)

Rabah Bitat

’’           ’’    ’’    ’’    02 (Le Nord Constantinois)

Krim Belkacem

’’           ’’    ’’    ’’    03 (La haute et la basse Kabylie)

Didouche Mourad

’’           ’’    ’’    ’’    04 (L’Algérois et l’Ouarsenis)

Larbi Ben M’hidi

’’           ’’    ’’    ’’    05 (L’Oranie)

 

III- Synthèse :

Elaborez le plan du texte :

 

1er paragraphe :

* L’ensemble des décisions prises la veille du déclenchement de la guerre de libération

nationale.

* Les différentes zones et leurs chefs.

 

2ème paragraphe :

* Les représentants de la délégation révolutionnaire à l’étranger, en l’occurrence au Caire.

* Retentissement de la guerre de libération nationale à travers le monde.

* Réussites des premières salves à la naissance de la révolution.

 

3ème paragraphe :

* Réplique atroce et sanglante du régime coloniale à l’aide de ses bourreaux.

* Pénétration de la révolution au sein des douars et des décheras, ce qui a permis de

d’organiser le congrès de la Soummam le 20 août 1956.

Quels sont les noms cités dans les textes dont les personnages qu’ils désignent sont méconnus par les apprenants ?

 

Support :

 

Les responsables du déclenchement de la lutte armée, après en avoir pris la décision irrévocable, se sont séparés et chacun s’en est allé rejoindre son poste. Ainsi, Mostefa Ben Boulaïd  devait  diriger  la zone 01  qui  correspondait  au  massif des  Aurès-Nememchas, Rabah Bitat, le Nord Constantinois qui était la zone 02, la zone 03 qui s’étendait sur la haute et la basse Kabylie a été confiée à Krim Belkacem, le Centre qui correspond à l’Algérois et l’Ouarsenis dénommé zone 04 est revenu à Didouche Mourad et enfin la zone

05, qui était l’Oranie, était dirigée par Larbi Ben M’hidi. La zone 06 sera créée par le congrès de la Soummam, de même que la zone autonome d’Alger.

Toutefois, pour des raisons peu ou prou convaincantes et diversement expliquées, Bitat et

Didouche devaient permuter quelques semaines avant le déclenchement. Au Caire, se trouvaient Hocine Aït Ahmed, Ahmed Ben Bella et Mohamed Kheider qui représentaient la

délégation extérieure. Boudiaf, chargé de la coordination générale, les rejoindra à la fin du mois d’octobre 1954. On n’est jamais de trop, se disait-on, dès lors qu’il s’agissait de mobiliser les solidarités internationales, de lancer une action diplomatique afin de garantir l’acquisition d’armes et  assurer leur acheminement vers l’intérieur. Toutefois, avant de se séparer, les « six historiques » s’étaient fixé rendez-vous pour le 10 janvier 1955  afin de faire le point. L’état de guerre généralisée n’allait pas tarder à s’installer sinon à travers

toute l’Algérie, mais au moins dans l’esprit de tous ses habitants qu’ils soient algériens de souche ou européens. L’embrasement a été immédiat, particulièrement dans les Aurès; dès les premiers mois, la zone dirigée par Ben Boulaïd allait subir une intolérable pression. Les autorités coloniales donnent dès les premières salves le ton de ce qui allait devenir un des conflits parmi les plus violents du XXème siècle, et Dieu sait s’il en a connu !

Fidèle à sa réputation de brutalité, l’armée française, au service du colonialisme, s’est engagée dans une répression héritée de Saint-Arnaud, Pélissier et autres Trézel. Les combattants  de  l’ALN  ne  sont  pas  en  reste  et  répliquent  par  une  rare  audace  qui accompagne chacune de leurs opérations, au déluge de fer et de feu qui s’abat sur le pays. Du  côté  du  FLN,  le  départ  vers  l’extérieur  de  Boudiaf  a  privé  l’intérieur  d’un  lien susceptible d’organiser la concertation, de favoriser la communication, de dégager une stratégie commune pour impulser à l’engagement qui venait d’être entrepris, suffisamment d’énergie pour créer une pression permanente et élevée sur l’ennemi. Il a fallu donc attendre

1956 et le 20 août, pour que la révolution, qui avait atteint le point de non-retour-puisque la pénétration des déchras et des douars était alors pratiquement achevée à travers tout le territoire national- pour que les dirigeants se réunissent enfin en congrès. (…)

B. A. « El Watan », lundi 20 août 2007

 

Analyse :

1- Qui a écrit ce texte et de quoi parle-t-il ?

 

 

2- Raconte-t-il les faits au moment de la guerre ou alors avec tout le recul de l’écriture

historique ?

 

 

3- Quelle a ét