Comment rédiger un compte rendu critique

Le but du compte rendu critique
Les caractéristiques du compte rendu critique
La structure du compte rendu critique
 Les étapes de rédaction du compte rendu critique

Le but du compte rendu critique
Le compte rendu critique sert à présenter une œuvre (pièce de théâtre, film, livre, spectacle de danse, etc.), à en souligner les aspects essentiels (résumé de l'histoire, interactions et description sommaire des personnages, contexte historique, etc.) et à en exposer l'intérêt et la qualité au lecteur. Cependant, il doit permettre à ce dernier de se faire sa propre idée sur l’œuvre critiquée. En effet, le compte rendu critique a pour but d'informer le lecteur, mais aussi de l'influencer dans sa décision de passer à l'action : lire le livre, voir le film, la pièce de théâtre ou le spectacle. Ce type de texte fait appel à l'intelligence et aux connaissances du lecteur en la matière (repères culturels et sociohistoriques, bagage littéraire, etc.), ainsi qu'à sa sensibilité (gouts, tendances, valeurs, etc.). Par ailleurs, il peut aussi servir à présenter un ouvrage théorique ou un article scientifique. L'auteur du compte rendu critique doit faire preuve de rigueur et d'objectivité dans son évaluation de l'œuvre, mais il peut aussi se permettre une certaine subjectivité. Le compte rendu critique se présente entre autres sous forme de chronique culturelle, de chronique littéraire, de blagues discutant de la vie culturelle des villes et des régions, d'essais littéraires proposant des éclairages particuliers sur des œuvres ou encore de travaux universitaires faisant l'analyse d'un corpus d'œuvres littéraires. On le trouve par conséquent dans les quotidiens, les magazines, les essais, les revues spécialisées (ex.: art, littérature, théâtre, cinéma), etc.
Les caractéristiques du compte rendu critique
Les indices linguistiques
Dans un compte rendu critique, on trouve généralement :
• un vocabulaire expressif (mélioratif ou péjoratif) permettant d'insister sur les éléments positifs ou négatifs de l'oeuvre (emploi de synonymes et d'antonymes, d'adjectifs, d'adverbes, etc.);
• des verbes conjugués principalement au présent de l'indicatif, mais aussi au conditionnel présent ou au subjonctif présent afin de nuancer le propos ;
 • des pronoms personnels à la Ife personne du singulier pour signaler l'émotion que suscite l'oeuvre; • des pronoms personnels à la 3e personne du singulier pour varier les voix, évitant ainsi d'alourdir le texte par la redondance du « je »;
• une ponctuation marquant les différentes sensations et prises de conscience engendrées par le contact avec l'oeuvre (point d'interrogation, point d'exclamation, points de suspension);
 • des guillemets permettant l'introduction de citations provenant de l'oeuvre commentée;
 • des marqueurs de relation pour souligner les étapes du compte rendu (d'abord, de plus, enfin, etc.) ou pour introduire des points de vue sur l'oeuvre (à mon avis, sans aucun doute, par conséquent, etc.);
Rédiger un compte rendu critique
• des figures de style comme la comparaison, la gradation et l'hyperbole pour illustrer avec originalité l'appréciation de l'oeuvre (ou non) et pour éveiller et retenir l'attention du lecteur.
Le contenu
Un compte rendu critique doit:
• présenter l'œuvre : quand il lit un compte rendu critique, le lecteur cherche généralement de l'information sur un film, une pièce de théâtre ou un livre qui l'intéresse. Les renseignements qu'on lui donne peuvent raider à faire des choix, lui permettre de faire des liens entre l'oeuvre dont on lui parle et celtes qu'il connait déjà, etc.;
• proposer un résumé de l'oeuvre critiquée : si le compte rendu critique est rédigé dans le cadre d'un exercice scolaire, il peut être approprié de résumer l'intrigue en révélant le dénouement. Par contre, si le compte rendu est destiné à la section culturelle d'un journal ou d'un magazine, il convient de ne pas annoncer la fin. Il sera préférable d'en dire juste assez pour que le lecteur ait envie de découvrir lui-même la totalité de l'histoire;
• exposer l'appréciation de l'oeuvre : la critique doit s'appuyer sur des éléments concrets de l'oeuvre afin d'en faire un portrait fidèle, tout en gardant une certaine part de subjectivité. Un compte rendu critique peut :
• inclure des citations tirées de l'oeuvre commentée
; • inclure des citations d'autres auteurs liés à l'oeuvre discutée, que ce soit par le style, l'époque ou le propos (on doit trouver la référence exacte de la citation dans le texte, en bas de page ou dans la bibliographie).
L'organisation graphique
Un compte rendu critique peut être :
• disposé en colonnes ou en page pleine;
• accompagné d'illustrations, de photos permettant de montrer l'aspect matériel et visuel de l'oeuvre (couverture du livre, affiche de la pièce ou du film, scènes choisies, photos des artistes, etc.).
La structure du compte rendu critique
Comme tout autre type de texte, le compte rendu critique comporte généralement une introduction, un développement et une conclusion. Cette structure peut cependant varier selon les auteurs et les oeuvres critiquées. L'introduction
 Elle comprend généralement deux parties :
Le sujet amené (l'introduction de l'oeuvre)
Avant même de nommer l'oeuvre dont il sera question dans le compte rendu critique, on doit introduire celle-ci avec une phrase ou deux. Voici quelques éléments d'introduction possibles:
• références historiques;
• évènement d'actualité;
• anecdotes;
• autres œuvres apparentées par le genre, le thème, etc. Note : Il faut que le lien entre le sujet amené et la présentation de l'oeuvre (la partie suivante de l'introduction) soit clair. Le sujet amené ne doit pas être trop loin de l'oeuvre ou trop vague.
La présentation de l'oeuvre critiquée
 Cette partie comprend :
 • le titre de l'oeuvre (film, livre, pièce de théâtre, etc.);
• le nom de l'auteur, du metteur en scène ou du réalisateur, etc.;
• les principaux artistes (comédiens, acteurs ou danseurs, etc.), si pertinent;
• le moment de parution, de création ou de sortie en salle.
 
Le développement
Il comprend habituellement deux parties :
 Le résumé
Il retrace les moments marquants et le rôle des personnages phares pour permettre au lecteur d'anticiper l'œuvre.
La critique
 Elle doit proposer un point de vue sur tous les éléments dignes d'intérêt dans l'œuvre, en donnant des exemples concrets pour appuyer les commentaires positifs ou négatifs, entre autres sur:
• les thèmes (banals, intemporels, incontournables, etc.);
• le vocabulaire et le niveau de langue (soutenu, familier, facile, clair, et très accessible etc.);
•Idées (enchainées)
•Style (la simplicité, hermétique, accessible, banal, etc)
• l'interprétation des acteurs (inégale, crédible, touchante, etc.);
• le ton (juste, faux, exagéré, etc.);
• le décor (réaliste, polyvalent, épuré, etc.);
• les effets spéciaux (inutiles, ingénieux, originaux, etc.); • les costumes (d'époque, contemporains, excentriques, etc.);
• les accessoires (symboliques, thématiques, etc.);
 • la musique (indispensable, significative, parasite, etc.);
• l'éclairage (sobre, inusité, dérangeant, etc.);
• le rythme (lent, enlevant, déstabilisant, etc );
• la trame narrative (pleine de rebondissements, inattendue, etc.);
• les dialogues (percutants, intrigants, trainants, etc.);
• les symboles (redondants, obscurs, centraux, etc.); • l'époque (hors du temps, ancienne, etc.);
• le lieu (réaliste, fantastique, etc.);
 • l'atmosphère (étouffante, mystérieuse, etc.);
• la fin (renversante, prévisible, convenue, etc.).
Exemple d’une preuve écrite :
Vous ferez le compte rendu de ce texte en 150 mots (10%). Vous devez dégager les idées et les informations essentielles et les présenter sous forme d'un texte cohérent et articulé. Vous pouvez réutiliser "les mots clés" mais non des phrases ou des passages entiers du texte.
"Vieillissez*, nous ferons le reste !"
     En vingt ans, le pouvoir d'achat des retraités a augmenté de plus d'un tiers. À tel point que les industriels et les publicitaires commencent à partir à leur conquête*. Dans les magazines qui leur sont destinés on ne vanteplus seulement les méritesdu dernier fauteuil de relaxation ou de la meilleure "convention obsèques". "C'est récent, raconte Remy Michel, redacteur du mensuel Notre temps. On voit arriver des constructeurs automobiles, ou l'UAP pour sa campagne de privatisation; des gens qui nous snobaient à cause de l'image soi-disant dévalorisante que pouvaient donner nos lecteur".
Bref, voici venu le temps de la chasse aux vieux, aux papy-boomers*. Logique. Les retraités constituent un vrai marché. D'abord, ils sont nombreux: 11 millions aujourdh'ui 17 millions en l'an 2020.
Dans vingt-cinq ans, la France comptera d'ailleurs plus de grands-parents que de petits-enfants...
Ensuite, ils sont pour la plupart en pleine forme: les Français ont une espérance de vie de 73,1 ans, et les Françaises de 81,3 ans. Enfin, ils ont de l'argent et ils ont du temps, et le temps, chacun le sait, c'est de l'argent. La preuve? Il n'y a pas si longtemps, les golden-boys de Wall Street ne comprenaient pas pourquoi à 17 heures leurs systèmes étaient saturés. Après enquête, ils ont découvert que de nombreux retraités se déchaînaientsur leurs ordinateurs pour acheter et vendre. Mais ce sont les tour-opérateurs qui les premiers ont repéré le filon*.
"Ce sont des clients idéaux pour les grands circuitsde quinze jours ou trois semaines. Ils vont au bout du monde, à n'importe quelle date, explique-t-on chez Kuoni. Ils prennent même le top de notre gamme, le tour du monde en Concorde en dix-sept jours. C'est le voyage de leur vie ! ".
Face à ce formidable marché, pourtant, banquiers, industriels et publicitaires restent encore frileux*. On commence à peine à bouger. Comme les autres banques françaises, la Société générale, il y a dix ans, n'aurait pas prêté un sou à ces "pauvres petits vieux". Et voilà qu'elle leur fait des facilités s'ils veulent acheter un appartement et les conseille sur leurs placements.
Pourtant, on peut compter sur les doigts d'une main ceux qui, excepté les tour-opérateurs et autres voyagistes, osent aujourd'hui s'attaquer ouvertement à ces nouveaux consommateurs. TF1 ne vise plus que des "ménagères de moins de 50 ans" et se moquede France 2 en quête d'audience, fût-ce auprès d'auditoires plus âgés. "C'est le plus fantastique aveuglement de ces dernières années, souligne Jean Paul Tréguer, patron d'une agence de publicité. Des experts en marketing et communication négligent unanimement des millions de consommateurs argentés et disponibles". Cet homme de 39 ans, lui, a compris. Il multiplie les colloques, les séminaires dans les entreprises, pour convaincre les industriestriels qu'en méprisant les vieux ils se sont trompés. "En un an et demi, explique-t-il, 350 entreprises ont participé à mes séminaires. Elles ont un appétit formidable d'informations. Mais elles sont encore très peu nombreuses à franchirle pas". Ce jeune spécialiste du "vieux" avance plusieurs explications.
Primo: "Ça fait trente-cinq ans que les entreprises ont pour seule obsessionde séduire les jeunes. Une telle culture ne se modifie pas du jour au lendemain".
Deuzio: "Les gens qui font du marketing ont entre 25 et 31 ans. Ils ne peuvent pas se mettre dans la peau des seniors".
Tertio: "Tout le monde a une peur panique de la mort. Dialoguer avec les plus âgés, qu'on le veuille ou non, nous en rapproche". Ceci dit, à supposer que les entreprises se décident, l'âge d'or des papy-boomers va-t-il durer longtemps? "Dans les dix ans qui viennent, leur revenu moyen va encore augmenter, affirme Robert Rochefort. Et les femmes qui travaillent vont arriver sur le marché". Un jour, évidemment, l'économie va se venger*, puisque les actifs, de moins en moins nombreux, auront du mal à payer les retraites des seniors. Mais en attendant ce choc en retour, ceux-ci vont être adorés, gâtéset peut-être exploités.
Martine GILSON, "le Nouvel Observateur"
Opérations à effectuer dans l'ordre :
1. Lire et comprendre le texte (vocabulaire et expressions).
2. Commencer le compte rendu par une phrase introductive sur les intentions de l'auteur  avec une mention au nom de l'auteur et aux sources du texte (si ils sont cités).
3. Relever toutes les idées du texte (de manière synthétique), et expliquer la démarche suivie  par l'auteur à la troisième personne.
4. Rédiger le compte rendu : lier les paragraphes obtenus par des mots de coordination ou des  verbes d'opinion.
Remarque importante :
Certaines de ces opérations peuvent être exécutées en même temps (par exemple III et IV).
Observation i :
Le compte rendu doit être écrit dans un style clair avec un vocabulaire préciset une fidélité à la pensée de l'auteur
Observation ii :
Il faut éviter de recopier des passages entiers, ou de les commenter, mais il estautorisé d'utiliser certains mots-clés
Observation iii :
Faire le compte rendu d'un texte, c'est toujours s'abstenir de donner une
opinion personnelle
1. Vocabulaire et expressions
* vieillissez : (vieillir), prendre de l'âge, demeurer longuement
* la conquête : la prise, la domination, l'appropriation, la séduction
* vante : (vanter), flatter, exalter, parler très favorablement
* les mérites : la vertu, la valeur, l'estime
* papy-boomers : nos grand-parents qui mettaient au monde plusieurs enfants
* se déchaînent : (se déchaîner), commencer avec violence, s'emporter, se mettre en colère
* filon : la place, l'aubaine, la planque, le moyen, l'occasion
* circuits : le voyage, le tour, le périple
* frileux : très sensible au froid, qui craint beaucoup le froid
* se moque : (se moquer), mépriser, dédaigner, braver, railler, tromper, ironiser
* franchir : dépasser, parcourir, passer, passer un obstacle par dessus, surmonter, libérer
* obsession : la hantise, l'idée fixe
* se venger : rendre une offense, prendre sa revanche, trouver une compensation
* gâtés : (gâter), endommager, salir, tacher, corrompre, gâcher,
2. Phrases introductives soulignant les intentions de l'auteur
Exemple n°1 - Dans ce texte intitulé "Vieillissez, nous ferons le reste" Martine Gilson se  penche sur l'intérêt économique que représente le troisième âge"...
Exemple n°2 - Dans ce texte issu du magazine "le Nouvel Observateur" de juin 1994, le  Journaliste Martine Gilson étudie l'enjeu économique croissant des personnes âgées...
Exemple n°3 - Dans cet article de l'hebdomadaire "le Nouvel Observateur", il est question du  rôle économique des personnes âgées. Le journaliste, Martine Gilson, note, tout  d'abord, l'augmentation des revenus et le nombre de plus en plus croissant du troisième âge...
4. Rédiger le compte rendu : lier les paragraphes obtenus par des mots de coordination ou de  verbes d'opinion
Le Compte rendu-modèle (d'autres compte rendus sont, bien sûr, possibles)
       Dans ce texte intitulé "Vieillissez, nous ferons le reste !", Martine Gilson se penche sur l'intérêt économique que représente le troisième âge.
Pour ce faire, elle s'appuie sur le nombre de plus en plus croissant des personnes âgées, sur l'augmentation de leur pouvoir d'achat, sur leur santé et sur leur temps libre, pour montrer l'attrait de ce marché porteur.
Toutefois, l'auteur, constate que les agents économiques restent toujours méfiants en dehors des grandes agences de voyages, et que le renversement de la situation est lent. Pour remédier à cette frilosité, des campagnes d'information ont été lancées et ont révélées trois handicaps: le premier est d'ordre culturel, le second relève du fossé de génération et le troisième de l'appréhension à l'égard du troisième âge.
Enfin, l'auteur, en évaluant les tendances à venir, met à jour les avantages et les inconvénients futurs de ce marché.