BAC BLANC 2013

      

الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية

وزارة التربية الوطنية                                 مديرية التربية لولاية سوق أهراس

Classes : 3ème A.S Langues étrangères                                                        Durée : 2 h  

Epreuve : Français                                        BAC BLANC            2012/2013

LYCEE RAFAA ABDELMADJID

Sujet 02

 

TEXTE :

      Cela fait un quart de siècle que médecins, malades et surtout bien-portants parlent d'euthanasie. Celle-ci consiste à ne pas prolonger des soins devenus inutiles, à "débrancher" un malade qui, sans le secours de machines, ne peut vivre ou d'administrer un produit qui abrège la vie. Cette situation a conduit à une très grande polémique.


      Pour certains, l'euthanasie est avant tout un acte d'humanité. Grâce à elle, on atténue et on contrôle les signes de souffrance ou d'angoisse et ce même à l'aide de produits qui peut-être abrègent de quelques heures la vie mais qui lèvent la peur et la douleur. En France, où certains partisans d'une loi autorisant l'euthanasie sur demande express des malades, nombre de médecins reconnaissent la pratiquer dans certains cas. Par ailleurs, les députés hollandais légalisant cette pratique ont accepté que les médecins agissent sans le consentement des malades, si ceux-ci sont dans le coma, ou déments ou handicapés mentaux. En somme, l'euthanasie est souvent le dernier service à rendre à un être humain.
     Cependant, beaucoup de gens et notamment les praticiens s'élèvent contre l'euthanasie. En effet, ils conçoivent cet acte comme un crime. Pour eux, la société demande aux médecins de devenir des tueurs. Un cancérologue témoigne en disant : "Demander au médecin de mettre fin aux souffrances d'un être, c'est lui  demander en fait un acte contre sa nature, sa vocation et sa justification d'être humain. Il n'est pas là pour ça. Mais le plus grand danger pour une société qui légalise l'euthanasie médicale ou non, est de perdre son âme. Elle ne serait pas comme certains l'imaginent une victoire de la raison sur la tradition, un progrès libérateur mais une régression profonde, une acceptation du caractère totalement contingent de la vie et de la conscience."

 

    Finalement, quoi qu'il en soit, les bien-portants sont les plus mal placés pour discourir de la maladie. Ils ne savent rien de ce que la maladie et la peur impliquent même chez leurs parents les plus proches. Le médecin ne peut considérer leurs manifestations que comme des gesticulations et rester d'abord à l'écoute de ses malades et surtout de sa conscience.

                                              Dr Marina CARRERE D'ENCAUSSE,

                                         "Santé Magazine", Avril 1993




L'euthanasie: Acte d'un médecin qui provoque la mort d'un malade incurable pour abréger ses souffrances ou son agonie.


Q U E S T I O N S

 

I)                   Compréhension (13 points)
1 – Ce document est un:

                -   Fait divers ?

                -   Document historique ?                

                -   Texte argumentatif ?                     Donnez la bonne réponse. 

  2 –On pratique l'euthanasie dans certains pays européens sous certaines conditions.   Lesquelles

        (les conditions) ? Limitez vous au  2ème  paragraphe.

3-  Classez les mots et expressions suivants dans le tableau ci-dessous (forme d'homicide -  régression profonde - soulager des souffrances - progrès libérateur - faveur - pratique légitime)

Adversaires de l'euthanasie (Contre)

Partisans de l'euthanasie (Pour)  

 

 


4 - Selon l'auteur, qui sont les bien placés pour porter un jugement sur l'euthanasie ?

                               a   -  les bien-portants ?                                

                               b   -  les médecins ?

                               c   -   les malades ?
5- En quoi consiste l'euthanasie? Relevez une définition dans le texte.

6-   En effet, ils conçoivent cet acte comme un crime. L’expression soulignée exprime :

     Une confirmation ? Une réfutation ? Une transition ? Donnez la bonne réponse.

7- Que remplacent les pronoms soulignés dans le texte?

8 - "L'euthanasie, mort provoquée dans le but de ……….. les souffrances à un malade …….. Certains y voient un acte  ………... D'autres, la condamnent car il la considère comme un …………."
Complétez l'énoncé ci-dessus par les mots suivants : (incurable - légitime - épargner - crime)

9 – Proposez un titre au texte

 

III - Expression écrite : (07 points)

Traitez l'un des deux sujets au choix :
1
- Faites le compte rendu objectif de ce texte.
2 - Bien que toutes les religions tiennent la vie pour sacrée, certains  luttent afin de légaliser

                          l'euthanasie.  Qu'en pensez-vous ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Corrigé :

Compréhension (12 points)
1 – Ce document est un:

                -   Texte argumentatif . 

  2 –On pratique l'euthanasie dans certains pays européens sous certaines conditions

3- 

Adversaires de l'euthanasie (Contre)

Partisans de l'euthanasie (Pour)  

forme d'homicide

régression profonde

soulager des souffrances

progrès libérateur

faveur

pratique légitime


4 - Selon l'auteur, les bien placés pour porter un jugement sur l'euthanasie sont :

                               c   -   les malades
5- une définition dans le texte. « Celle-ci consiste à ne pas prolonger des soins devenus inutiles, à "débrancher" un malade qui, sans le secours de machines, ne peut vivre ou d'administrer un produit qui abrège la vie »

6-   En effet, ils conçoivent cet acte comme un crime. L’expression soulignée exprime :

     Une confirmation 

7- les pronoms soulignés dans le texte remplacent

La ; L'euthanasie

Lui :le médecin

Eux : les praticiens ou les adversaires de l'euthanasie

Elle : pour une société qui légalise l'euthanasie

8 - "L'euthanasie, mort provoquée dans le but d’épargner les souffrances à un malade incurable Certains y voient un acte légitime D'autres, la condamnent car il la considère comme un crime "

9 –un titre au texte : pour ou cotre l’euthanasie?

                                   Faut-il autoriser l’euthanasie?

 

الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية

وزارة التربية الوطنية                                 مديرية التربية لولاية سوق أهراس

Classes : 3ème A.S Langues étrangères                                                        Durée : 2 h  

Epreuve : Français                                        BAC BLANC           2012/2013

LYCEE RAFAA ABDELMADJID                                                    Sujet 01

Texte :                                                                                                                               

 Le quartier du général, comme on l’appelait à Tlemcen, était le lieu des tortures .C’est dans ce quartier que les bourreaux assouvissaient leurs instincts sadiques sur les internés placés sous leur surveillance. En cette nuit de l’année 1960, une nouvelle victime venait grossir les rangs des suppliciés. Hafsa fut mise dans une minuscule cellule et attachée à un anneau fixé au mur. Alors commença un interrogatoire serré de la part du capitaine qui prit l’affaire en main.

    -Allez ! Parle maintenant .Connais-tu Chaabane (chef du secteur du « Merkez » de Tlemcen, tombé au    champ d’honneur en 1959).Alors ? Menace l’officier.

     -Non, je ne connais personne, répondit Hafsa.

      Ce fut soudain la furie des crosses .La détenue est sauvagement battue .Elle sombra bientôt dans une inconscience bienfaisante. Mais elle se réveilla sous la brutale morsure des cigarettes. La cellule est pleine d’une odeur de chair brulée. Le corps se consume. Dans son inconscience Hafsa s’accroche à une seule idée : ne pas parler, ne pas hurler, ne pas leur donner la satisfaction de la voir gémir ou pleurer .Deux heures du matin les bourreaux sont fatigués. Ils abandonnent un corps sanglant lié à un anneau et vont dormir l’âme en paix. Seconde nuit, « vers 21 heures, raconte Hafsa, j’étais éveillée et j’inspectais ce corps dénudé ; mon corps boursouflé par les brulures de cigarettes. D’une main je palpais la peau sanglante de mon visage. Vinrent l’officier et sa suite 5 minutes plus tard ». « Alors ? On parle aujourd’hui ou non ? » Hafsa fit non de la tête.  « Parfait, persifle l’officier. Ouvre ta gueule ».Pinces en main, les bourreaux extirpent la langue de la détenue, lui enfonce un clou en travers. La femme sent se entrailles se déchirer. Peut-être est-ce la mort, espère-t-elle. Mais la mort ne sera pas au rendez-vous. Un souffle de vie persiste dans un corps devenu étranger. Un corps supplicié dont les bourreaux ignorent les tourments. Six nuits que cela dure, mais durant ces six nuits où  l’inhumanité des bourreaux s’est déchainée, B.Z.trouve chaque matin le motif de la consolation : un bout de pain qu’une main anonyme lance chaque nuit à travers les barreaux de la cellule.

      Dixième jour de tortures, B. Z. est  méconnaissable. Visage ensanglanté, corps mutilé. « Alors, on parle ou bien c’est la promenade dans les vergers de Tlemcen qui t’attend, ma belle ? »Silence de B.Z. On fit venir une jeep bâchée .Promenade nocturne macabre. Des arrêts fréquents ont lieu. On bande les yeux de B.Z ?On manipule les armes. Un ordre sec : « Feu ! ».Rien ne se passe .On fait demi-tour et la victime réintègre sa cellule. Ce fut ainsi durant trois nuits hallucinantes. Mais la mort tant espérée ne vint pas.

                                                 Boumediène Bounoua , L’arrestation ,in Récits de feu.

           Présentés par Mahfoud Kaddahe .ED,SNED,1977.B.Z.(B.Z :Bounoua Zaza surnommée Hafsa).

Questions :

1/Compréhension de l’écrit : (12 pts)

1- Quel est le fait d’histoire rapporté dans ce texte ?

2-« C’est dans ce quartier que les bourreaux assouvissaient leurs instincts sadiques sur les internés …»

Le verbe souligné signifie : - satisfaisaient,  -Contrôlaient,  --Favorisaient.

*Recopiez la bonne réponse.

3-  a/ « Alors, on parle ou bien c’est la promenade dans les vergers de Tlemcen qui t’attend, ma belle ? »

      b/ On fit venir une jeep bâchée

-          Qui est désigné par le pronom « on » dans les deux phrases.

4-« vers 21 heures, raconte Hafsa, j’étais éveillée et j’inspectais ce corps dénudé… »

         -Pourquoi l’auteur cite-t-il le témoignage de Hafsa ?

5-Relevez du texte deux mots ou expressions  qui désignent « Hafsa ».

6-Hafsa est résolue à ne pas céder à la torture.

    *Relevez du texte le passage le dénotant.

7-Classez les idées suivantes dans le tableau ci-dessous :

  a-  durant ces six nuits où  l’inhumanité des bourreaux s’est déchainée.

  b- Un souffle de vie persiste dans un corps devenu étranger. Un corps supplicié dont les bourreaux ignorent les tourments

  c- Hafsa fut mise dans une minuscule cellule et attachée à un anneau fixé au mur.

  d- On fait demi-tour et la victime réintègre sa cellule.     

                                Faits

    Commentaires

 

 

 

8-Quelle est la visée de l’auteur à travers ce texte ?

9 – Proposez un titre au texte

II-Production écrite :(8 pts)           Traitez l’un des sujets au choix.

Sujet 01 :Dans le cadre de la commémoration de la journée du moudjahid, rédigez le compte-rendu critique du texte pour le présenter à vos camarades.

 

 

Sujet 02 :Le 08 mars est une journée importante pour toutes les femmes. Afin de  rendre hommage  aux femmes algériennes qui ont participé à la guerre de libération nationale, la rubrique« Histoire »   du journal du lycée sera consacrée au rôle des Algériennes pendant la lutte de libération nationale.

-Rédigez un article dans lequel vous ferez témoigner une ancienne combattante.

Corrigé :

1/Compréhension de l’écrit : (14 pts)

1- le fait d’histoire rapporté dans ce texte c’est les  tortures de Bounoua Zaza(combattanta Algerienne)

2-« C’est dans ce quartier que les bourreaux assouvissaient leurs instincts sadiques sur les internés …»

Le verbe souligné signifie : - satisfaisaient

3-  a/ « Alors, on parle ou bien c’est la promenade dans les vergers de Tlemcen qui t’attend, ma belle ? »ON……………….Hafsa

      b/ On fit venir une jeep bâchée ON…………………………… l’officier.

4-« vers 21 heures, raconte Hafsa, j’étais éveillée et j’inspectais ce corps dénudé… »

     l’auteur donne implicitement son propre commentaire en citant le témoignage de Hafsa 

5- deux mots ou expressions  qui désignent « Hafsa »sont - une nouvelle victime

                                                                                                  - B.Z.

6- Hafsa est résolue à ne pas céder à la torture.le passage le dénotant. « Hafsa s’accroche à une seule idée : ne pas parler, ne pas hurler, ne pas leur donner la satisfaction de la voir gémir ou pleurer »

7-Classez les idées suivantes dans le tableau ci-dessous :

                                Faits

    Commentaires

 

  c- Hafsa fut mise dans une minuscule cellule et attachée à un anneau fixé au mur.

  d- On fait demi-tour et la victime réintègre sa cellule.     

 

  a-  durant ces six nuits où  l’inhumanité des bourreaux s’est déchainée.

  b- Un souffle de vie persiste dans un corps devenu étranger. Un corps supplicié dont les bourreaux ignorent les tourments

 

8- la visée de l’auteur à travers ce texte c’est analyser et commenter les tortures de la gerre

9 –un titre au texte : Les tortures de la guerre.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site