La rafle et le massacre du 17 octobre 1961 à Paris | Archive INA

Abonnez-vous http://bit.ly/inahistoire 16 octobre 2001 [Source : documentation France 3] Le maire de Paris, Bertrand Delanoé devrait inaugurer, demain 17 octobre, sur le pont Saint Michel, une plaque à la mémoire des manifestants pro FLN tués par la police parisienne lors de la manifestation du 17 octobre 1961. 40 ans après, le bilan controversé de cette repression varie d'une trentaine de morts à 285. Les archives de la fédération de France du FLN témoignent de la férocité de la répression contre les algériens au cours de cette année 1961. Dans un rapport remis à Lionel Jospin, Claude Silberzahn, conseiller maitre de la Cour des comptes, estime qu'il faudrait faciliter l'accès aux archives de la guerre d'Algérie. SONORE JEAN LUC EINAUDI " devant la préfecture de police et le palais de justice, des algériens ont été jetés à la Seine du haut de ce pont ; les policiers qui ont commis ces crimes en plein coeur de Paris l'ont fait sans impunité" " il y a des témoignages qui font état de morts à la prefecture de police, au palais des sports, au parc des expositions ; jusqu'à ce jour on a pas retrouvé trace de ces cadavres" SONORE CLAUDE CHARLOT " c'est 1 commissaire de police du 6ème arrdt qui fait un compte rendu à son chef : la police secours, pour les disperser car ils se montraient menaçants, a fait usage des armes" "il faut aller dans les dossiers de la police judiciaire à son nom pour trouver l'enquête qui a été faite par la police" SONORE JEAN PAUL BRUNET " j'arrive à une trentaine de mort, susceptible d'être attribuée à la police mais dans certains cas on ne le saura jamais, ça peut monter à 50 morts mais pas plus" Images d'archive INA Institut National de l'Audiovisuel http://www.ina.fr Institut National de l'Audiovisuel http://www.ina.fr Abonnez-vous http://www.youtube.com/subscription_center?add_user=Inahistoire"

Retour

Introduire un témoignage dans un fait d’histoire

×